Récit d'une productrice herboriste : une journée en cueillette

Préparation pour les futurs tisanes !


8h30 :

La rosée s'évapore doucement, laissant place aux premiers rayons du soleil sur les plantes


🐝🦋 Les insectes s'en donnent à cœur joie, butinant les fleurs une à une, dégustant leurs saveurs (je salue les quelques limaces au passage...)

🕷 Certains se cachent, sous une ombelle d'Achillée Millefeuille, attendant patiemment son goûter


C'est le moment idéal pour commencer les cueillettes


Je reste attentive, et ne cueille seulement les plantes vierges de toutes ces petites bêtes, en me disant que c'est aussi grâce à elles que cet abondance est présente


Je cueille, j'observe, j'écoute les bourdonnements, les battements d'ailes, le chant des oiseaux.... Je remercie...


Ce sont les fleurs sauvages qui passent entre mes mains en premières : Achillée Millefeuille, Camomille Matricaire.



🦅 5 magnifiques buses m'observent depuis le ciel


10h00 :

La chaleur se fait ressentir, les fleurs sont pleines de richesses, d'énergies, belles, colorées


Je glane quelques fraises du jardin au passage 😋


La cueillette sauvage est terminée pour aujourd'hui.


C'est au tour des plantes cultivées : Origan et Menthe.

Les odeurs envahissent mes narines...




Tiens, j'en profite pour préparer une boisson infusée fraîche de Menthe Bergamote (les quelques gouttes de sueurs sur mon front me font dire qu'il faut que je m'hydrate !)





Nota :

🌱 Les plantes que je cultive sont issus de mes graines que je récolte à l'automne précédent, (provenant des plantes sauvages pour la plupart). Je les sèmes et les repiques au début du printemps, sous serre, dans une couche chaude à base de fumier Bio afin de garder une température douce pour les petits bébés ! Ce fumier sera ensuite utilisé au jardin.

🌼 Dès que les plants sont prêts, l'émancipation commence pour elles, je les plantes au jardin, puis les laisses grandir, en intervenant le moins possible (sauf pour la récolte !) Pourquoi ? Car plus les plantes subissent de stress, plus elles développent leurs principes actifs, et ainsi leur efficacité pour les futurs remèdes


🐞 Une coccinelle me chatouille le bras

Je la dépose délicatement sur une camomille où les pucerons se sont installés (oui, je laisse les fourmis coloniser les pucerons, attirant les coccinelles, qui envahissent à leur tour chaque parcelle de mon terrain... Un parfait équilibre) La symbiose est là !

Les coccinelles n'a pas besoin de moi, mais moi j'ai besoin d'elle, alors je fais en sorte qu'elles se sentent bien


🌸 Je termine avec le Coquelicot, ses pétales si délicates et soyeuses n'apprécient guère de rester groupées dans un panier à la chaleur du soleil


11h30 :

La cueillette touche à sa fin pour aujourd'hui

Direction le séchoir qui est à quelques kilomètres (vivement le séchoir sur place !!!)


Le séchoir : ultime étape, et une des plus importantes !


Je retire, tri, inspectes, pèse, et met en sachet les plantes cueillis il y a quelques jours


Je vérifie minutieusement chaque partie pour être sûr qu'il n'y est pas de soucis (mais pas le Calendula hein.... !).



Le séchage des plantes n'est jamais sûr à 100%. J'ai déjà mis de côté plusieurs centaines de grammes (noircissement, une couleur non attrayantes, des saveurs disparus..!

Mais je ne les jettes pas. Pour certaines, je vais les réutiliser en pot-pourri, pour d'autres cela servira de décoration pour mon stand, et le reste... il retourne au jardin pour Pachamama (terre-Mère)


12h30 :

Les pétales de Coquelicot sont disposées une à une sur les clayettes pour parvenir à un séchage optimal de ces fleurs si fragiles.

Les feuilles de Menthe également

Les fleurs de Camomille et d'Achillée Millefeuille sont inspectées pour être sûr que les petites bêtes sont toutes parties


14h00 :

Fin de la journée de cueillette


Les macérâts huileux en cours de préparation ont droit à un p'tit tour de manège (je remue les bocaux tous les 2-3 jours afin d'extraire les principes actifs des plantes et les dynamiser)


Une petite pause, et je retourne au jardin


15h30 :

🌿 La sauge officinale est magnifique !

C'est partis pour la fabrication de bâton de fumigation 🧘‍♀️🔥 (un article arrivera prochainement sur ce sujet)


17h30 :

Je retrouve ma fille


Conclusion :

Le métier de producteur herboriste se fait par passion.


Lorsque l'on fait les choses avec passion, le cœur et le corps s'anime d'enthousiasme


On ne compte pas ses heures...


Pour ma part, je fais ce métier en appliquant mes valeurs : le respect du vivant qui m'entoure, de la nature, des humains


Pour qui ? Pour vous !

Vous qui souhaitez prendre soin de vous, vous qui avez conscience de l'importance de ces valeurs


Ma production est petite à l'échelle de certains, et je n'ai pas l'ambition de fournir des milliers de personnes


🌈 Ce que je souhaite avant tout, c'est proposer des produits de qualités, responsables, respectueuses de l'environnement...



🙏 Alors un grand MERCI pour tous ceux qui me soutiennent 🙏




Posts récents

Voir tout